Redécouvrir les films suisses
fr
de it
Redécouvrir les films suisses

Un périple à travers l'Europe, conçu comme une quête de grande envergure pour trouver la vitesse de voyage idéale. L'artiste Roman Signer balise les lieux visités à l'aide de son art performatif, qui séduit par son humour sous-jacent.

Disponible sur

Fiche technique

Titre original

  • Signers Koffer - Unterwegs mit Roman Signer

Année

  • 1996

Durée (minutes)

  • 82

Langue originale

  • allemand

Genre

  • documentaire

Cast

Réalisation

  • Peter Liechti

Scénario

  • Peter Liechti

Photographie

  • Peter Liechti

Avec

  • Roman Signer

Sociétés de production

  • Liechti Filmproduktion GmbH
  • Recycled TV AG

Montage

  • Dieter Gränicher

Son

  • Peter Guyer
  • Res Balzli
  • Ingrid Städeli

Musique

  • Knut Remond

Details sur la numérisation

Année de numérisation

  • 2008

Numérisé par

  • Digital Minds

Prix et festivals

1996

  • Berner Filmpreis
  • Zürcher Filmpreis

1995

  • DOK Leipzig: Bronze
  • Viennale: Publikumspreis
  • SSA Award: Best Script
  • Locarno Film Festival: Action Light Prize

Recommandé par

Antoine Duplan sur «Signers Koffer»

Comment tomber sans effort? En enfilant des waders de pêcheur avant de de se planter sous un fût percé qui vous pisse dans les bottes jusqu’à chambouler votre centre de gravité et vous jeter au sol avec un grand «splatch!». Comment tirer son chapeau en gardant ses mains dans les poches? En attachant son bonnet à une fusée du 1er Août... «Signers Koffer», le documentaire que Peter Liechti  consacre à Roman Signer dévoile les liens secrets unissant la bouffonnerie et la philosophie. L’artiste saint-gallois trouve son inspiration au rayon des farces et attrapes. Il organise des jets synchrones de tabourets par les fenêtres, il imagine des performances minimalistes à plus value métaphysique comme lancer des pétards à la face du Vésuve ou éprouve le principe d’incertitude en marchant sur un étang gelé jusqu’à ce que la glace se brise. Le portrait jubilatoire de ce clown et poète fait la part belle à l'imagination et à la provocation. Il rappelle aux zélateurs de la sinistrose confits dans l’autodépréciation nationale que, de Dada à Tinguely, de Paul Klee à Plonk & Replonk, le surréalisme est bien vivant en Suisse.

Recommandation de Matthias Lerf

Extra et téléchargement