Redécouvrir les films suisses
fr
de it
Redécouvrir les films suisses

Dans une région en crise, au milieu de la souffrance, de la mort, de la violence et du chaos, le photographe James Nachtwey est en quête de l’image qui, selon lui, représentera réellement le malheur.

Disponible sur

Fiche technique

Titre original

  • War Photographer

Année

  • 2001

Durée (minutes)

  • 96

Genre

  • documentaire

Langue originale

  • anglais
  • allemand

Sous-titres

  • français
  • allemand
  • italien

Stabangaben

Réalisateur

  • Christian Frei

Scénario

  • Christian Frei

Photographie

  • Peter Indergand

Avec

  • James Nachtwey

Sociétés de production

  • Christian Frei Filmproduktionen GmbH
  • SRF Schweizer Radio und Fernsehen

Montage

  • Christian Frei
  • Barbara Miller

Son

  • Martin Witz
  • Ingrid Staedeli
  • Florian Eidenbenz

Musique

  • Eleni Karaindrou
  • Arvo Prät
  • David Darling

Details sur la numérisation

Année de numérisation

  • 2018

Numérisé par

  • Christian Frei

en coopération avec

  • Andromeda Film, Zürich

Soutenu par

  • filmo

Prix et festivals

2003

  • Sichuan TV Festival, Gold Panda for Best Documentary
  • Adolf Grimme Institut, Adolf Grimme Preis
  • Adolf Grimme Institut, Sonderpreis des Ministeriums für Städtebau und Wohnen, Kultur und Sport des Landes Nordrhein-Westfalen

2002

  • Oscar Academy Awards: Nominated Best Documentary Feature

Recommandé par

Emilie Bujès sur «War photographer»

Second long métrage de Christian Frei, War Photographer est un film emblématique, tant dans l’œuvre du cinéaste que tant dans l’histoire récente du cinéma suisse, notamment en raison du grand succès qu’il a connu, remportant de nombreux prix et allant jusqu’à figurer dans les nominations aux Oscars en 2002. Il illustre par ailleurs certains enjeux essentiels du travail du cinéaste. Frei y brosse le portrait sensible de l’un des photographes de guerre les plus renommés, James Nachtwey, qu’il aura suivi pendant deux ans, au Kosovo, en Cisjordanie ou en Indonésie. En ayant notamment recours à une micro caméra fixée sur l’appareil photo, il met en place un dispositif permettant de ménager au journaliste solitaire l’espace dont il a besoin pour travailler, et de parallèlement traduire son point de vue derrière l’objectif. Tandis qu’apparaissent les photographies à l’écran, tels des arrêts sur images recréant l’aller-retour –et le conflit inhérent– entre les situations vécues par le photographe et leur apparence et réception finales (en Occident, dans le cadre d’expositions), se dessinent avec délicatesse les questions essentielles de l’éthique, du choix de déclencher l’instantané et des raisons qui poussent le photographe à persévérer.

Recommandation de Cristina Trezzini

Extra et téléchargement

Downloads

Pressedossier (pdf)