Redécouvrir les films suisses
fr
de it
Redécouvrir les films suisses

Paul ne pense qu’à elle. A elle qui lui échappe. Il la voudrait plus près de lui, tout près, cette femme qui vit avec lui et semble déjà ailleurs.

Disponible sur

Fiche technique

Titre original

  • Cœur animal

Année

  • 2009

Durée (minutes)

  • 90

Genre

  • fiction

Langue originale

  • français

Sous-titres

  • français
  • allemand
  • italien

Réalisation

  • Séverine Cornamusaz

Scénario

  • Séverine Cornamusaz
  • Marcel Beaulieu
  • Florence Grivel

Acteurs

  • Olivier Rabourdin
  • Camille Japy
  • Antonio Buíl
  • Alexandra Karamisaris

Photographie

  • Carlo Varini

Société de production

  • P.S. Productions Sàrl, Châtel-St-Denis

Montage

  • Daniel Gibel

Son

  • Henri Maïkof

Musique

  • Evgueni Galperine

Details sur la numérisation

Année de numérisation

  • 2016

Numérisé par

  • P.S. Productions Sàrl, Châtel-St-Denis

en coopération avec

  • Dopamyne, Paris

Soutenu par

  • Swiss Films, Zürich

Recommandé par

Tereza Fischer sur «Coeur animal»

Avec son premier film, faisant preuve d’un grand courage et d’une remarquable aisance stylistique, Séverine Cornamusaz gratifie le film alpin suisse d’une œuvre moderne importante, qui accorde toute sa confiance à l’image. Bien que son film soit inspiré d’un récit littéraire à la première personne, la réalisatrice ne nous intéresse pas à ses personnages par le biais de la parole mais à travers leur langage corporel. La caméra ne les lâche pas d’une semelle et nous communique ainsi leur attirance, leur aversion et leurs luttes intérieures.

Dans ce récit d’un huis clos limité à trois personnes, Séverine Cornamusaz voit dans les montagnes le quatrième personnage. D’une beauté austère et difficile d’accès, le paysage est le miroir du moi profond des personnages. Au début, Paul, le paysan renfrogné, est un anti-héros fort peu sympathique, un homme archaïque, brutal, dont le modèle semble ne plus pouvoir exister que dans la solitude d’un décor alpin mythologique. Il traite sa femme  plus mal que ses bêtes. Pourtant, de même que le brouillard se dissipe lentement au-dessus des sommets en dévoilant toute leur splendeur, de même apparaissent chez Paul une âme blessée derrière la façade de dureté, une souffrance infligée à soi-même et un fort désir de proximité et de tendresse. Séverine Cornamusaz parvient à nous le rendre attachant et à nous faire suivre sa transformation avec empathie.

Extra et téléchargement

affiches internationales