Redécouvrir les films suisses
fr
de it
Redécouvrir les films suisses

Le boulanger-confiseur Zürrer, vieillard têtu et veuf vindicatif, rend la vie de ses trois enfants difficiles et ne se réconcilie avec eux que le jour où sa propre existence vire au cauchemar.

Disponible sur

Fiche technique

Titre original

  • Bäckerei Zürrer

Année

  • 1957

Durée (minutes)

  • 104

Genre

  • fiction

Langue originale

  • suisse-allemand

Sous-titres

  • français
  • allemand
  • italien

Réalisation

  • Kurt Früh

Scénario

  • Kurt Früh
  • Hans Mehringer
  • Eva Früh-Langraf
  • Emil Hegetschweiler

Acteurs

  • Emil Hegetschweiler
  • Ettore Cella
  • Ursula Kopp
  • Peter Brogle
  • Margrit Winter
  • Walter Morath
  • Maria Rezzonico
  • Helen Vita
  • Max Haufler
  • Max Werner Lenz
  • Armin Schweizer

Photographie

  • Georges C. Stilly

Montage

  • René Martinet

Société de production

  • Gloriafilm AG, Zürich

Musique

  • Walter Baumgartner

Details sur la numérisation

Année de numérisation

  • 2019

Numérisé par

  • filmo – Verein CH.Film, Solothurn
  • Schweizer Radio und Fernsehen, Zürich
  • Cinémathèque suisse, Lausanne

en coopération avec

  • Cinémathèque suisse, Lausanne
  • Cinegrell AG, Zürich
  • Tonstudios Z, Zürich

Soutenu par

  • Memoriav, Bern

Recommandé par

Margrit Tröhler sur «Bäckerei Zürrer»

En 1957, «Bäckerei Zürrer» a remporté le Prix du meilleur film de la Ville de Zurich. Le public le fête, car il est au cœur de l’actualité, de la fin des années 50, entre modernisation et tradition. Une jeune génération en pleine progression, se hisse ou dégringole, développe de nouveaux projets de vie (pratiquant le vélo comme sport p.ex.), rompent les barrières qui séparent les groupes sociaux et cultures (grâce à l’amour entre Heini, le garçon boulanger et Gina, italienne, de la famille Pizzani, ainsi qu’entre Trudi la fille de Zürrer et Marcel, originaire de Romandie). Mais l’ancienne génération conteste, sous les traits de Zürrer le boulanger. Le modernisme gagne, bien que la boulangerie de la Langstrasse, qui aurait dû faire place à un grand garage, recommence finalement à prospérer.

L’œuvre ouvre la voie à une nouvelle génération de films, à de nouveaux thèmes, de nouveaux personnages et une nouvelle corporalité des acteurs et des actrices. Jamais auparavant, on n’avait vu ainsi la ville dans un film suisse: des scènes de rue, les arrière-cours, les cafés et les bistros avec leurs marginaux ou le vélodrome d’Oerlikon, les masses qui s’y accumulent. Tout cela est plus qu’un décor, c’est le quotidien moderne qui influence les personnages et l’histoire. Avec Bäckerei Zürrer Kurt Früh fait ses adieux à la famille de la petite bourgeoisie suisse intacte de ses films précédents.

Extra et téléchargement

Behind the scenes

affiches internationales