Redécouvrir les films suisses
fr
de it
Redécouvrir les films suisses

Le coiffeur bernois Kari Dällenbach est connu pour son humour et ses réparties. Il gagne du coup le cœur de la charmante Annemarie – mais les parents de la belle ont d’autres projets pour leur fille.

Disponible sur

Fiche technique

Cast

Titre original

  • Dällebach Kari

Année

  • 1970

Durée (minutes)

  • 109

Genre

  • fiction

Langue originale

  • suisse-allemand

Sous-titres

  • français
  • allemand
  • italien

Réalisation

  • Kurt Früh

Scénario

  • Kurt Früh

Acteurs

  • Walo Lüönd
  • Lukas Ammann
  • Franziska Kohlund
  • Annemarie Düringer
  • Ellen Widmann
  • Hans Gaugler
  • Fritz Nydegger

Photographie

  • Fritz E. Maeder

Sociétés de production

  • Atlantic Film
  • Stella Films

Montage

  • Georg Janett

Son

  • Tibor Kasics

Musique

  • Mani Matter

Details sur la numérisation

Année de numérisation

  • 2019

Numérisé par

  • Schweizer Radio und Fernsehen
  • filmo - Verein CH.Film

en coopération avec

  • Cinegrell AG, Zürich
  • RoDo Works AG, Zürich

Soutenu par

  • Cinémathèque suisse, Penthaz

Recommandé par

Michel Bodmer sur «Dällebach Kari»

Kurt Früh a toujours montré de l’intérêt pour les petites gens, les marginaux et les exclus. Il est donc tout à fait normal qu’il ait érigé un monument cinématographique à Karl Tellenbach, devenu une légende bernoise tragi-comique sous le nom de «Dällebach Kari». Pour cela, il lui a fallu cependant abandonner son pré carré zurichois et apprendre le dialecte bernois au Zougois Walo Lüönd. En campant avec empathie le coiffeur, aussi malicieux que désespéré, dont le bec de lièvre et l’origine sociale modeste lui ont valu l’amour de la jeune Annemarie, d’une famille aisée, Walo Lüönd a acquis la célébrité. Les combines de Kari, qui réussit à passer du rôle de clown sans défense au statut de blagueur admiré à la ronde, sont dépeintes avec justesse par le chansonnier Mani Matter dans la complainte qui ouvre et clôt le film. La figure symbolique du «clochard» qui obsède Kari et la façon qu’a Peter Arens de déclamer les «oraisons funèbres» de Kurt Marti comme une rengaine peuvent sembler aujourd’hui quelque peu désuètes, mais la photographie en noir et blanc intemporelle et la construction en flash-back, qui donne a fortiori un air de goualante à l’histoire du coiffeur, convainquent aujourd’hui comme hier.

Extra et téléchargement

Behind the scenes

Downloads

Drehbuch Dällebach Kari (pdf)