Redécouvrir les films suisses
fr
de it
Redécouvrir les films suisses

Viktor est ballotté d’un foyer à l’autre et doit se soumettre à des mesures éducatives prescrites par les autorités administratives.

Regardez le film maintenant sur

Fiche technique

Titre original

  • Wer einmal lügt oder Viktor und die Erziehung

Année

  • 1974

Durée (minutes)

  • 68

Langue originale

  • suisse-allemand

Disponible en

  • HD 1080p
  • audio: OV stereo
  • UT: de/fr/it

Cast

Réalisation

Scénario

  • June Kovach
  • Alexander J. Seiler

Photographie

  • Sebastian C. Schroeder

Sociétés de production

  • Nemo Film AG

Montage

  • June Kovach

Musique

Details sur la numérisation

Année de numérisation

  • 2020

Numérisé par

  • Dschoint Ventschr, Zürich
  • filmo

en coopération avec

  • RoDo Works, Zürich

Soutenu par

  • Dschoint Ventschr, Zürich

Recommandé par

Marcy Goldberg sur «Wer einmal lügt oder Viktor und die Erziehung»

En fait le petit Viktor n’a jamais eu sa chance. Né en 1949, il a été considéré très tôt comme un « gosse à problèmes », placé plusieurs fois dans un foyer pour enfants et, à 17 ans, dans un centre de détention pour jeunes délinquants. C’est en particulier à cause de ces expériences que les difficultés se sont accumulées, y compris sur le plan psychique, qu’il a eu des problèmes d’addiction à l’alcool et à la drogue et a échoué à atteindre les objectifs fixées par les autorités qui ont voulu l’ « intégrer » dans la société.

Dans le documentaire de June Kovach, il a 25 ans, évoque sa vie passée et envisage l’avenir avec un fort sentiment d’insécurité. Le film est encore d’une actualité brûlante et a toujours un impact bouleversant, notamment en raison de sa facture pleine de retenue mais aux intentions très précises.

Viktor n’apparaît jamais à l’image, mais nous suivons les étapes de son existence, voyons des photos de son enfance et de sa jeunesse dans les divers établissements où il a vécu. June Kovac cite abondamment les documents en jargon administratif déshumanisant ainsi que les témoignages des parents et des connaissances de Viktor.

Ce qui reste totalement effarant c’est le fossé entre la voix sympathique de Viktor en off et la description de ses manquements. L’accompagnement musical assuré par le chœur des détenus de la prison de Straubing souligne la colère et le repentir d’un parcours de vie où tout aurait pu être différent.

Facts & Figures

1974
Solothurner Filmtage
Interfilm Award, Mannheim-Heidelberg International Filmfestival

Extra et téléchargement